Venez participer à la 19ème Journée Doctorale d’Archéologie!

15 janvier 2024 par Louise GOMART

Depuis toujours, l’Homme entretient avec l’animal des relations diverses et complexes. Perçu tantôt comme une ressource, tantôt comme un objet d’inspiration, il peut également être un compagnon de travail ou de vie. Etudier l’animal en archéologie nécessite de s’intéresser aux nombreuses formes prises par ces liens, et implique donc de recourir tant aux vestiges qu’aux supports épigraphiques et iconographiques produits par les sociétés humaines. Ainsi, seule une approche pluridisciplinaire permet d’appréhender la place réservée à l’animal à travers les siècles. Quels moyens peuvent être mis en œuvre pour comprendre et documenter la nature de ces liens, à la fois sociaux, économiques, ou encore symboliques ?

Cette journée d’échanges, durant laquelle l’accent sera mis sur la méthodologie des travaux présentés, s’organisera ainsi autour de trois axes directeurs :

COHABITER. L’Homme face à l’animal : une appropriation du vivant.

Au moyen de la chasse, de la pêche, de la domestication et de l’élevage, l’Homme s’approprie les animaux afin les exploiter. Comment documenter ces stratégies d’approvisionnement ? Quels choix sont opérés pour la sélection des espèces et pour les conditions de vie des animaux appropriés ? Quel est l’impact de ces activités sur la faune et plus largement sur l’environnement ?

EXPLOITER. Une ressource plurielle et renouvelable : les matières et l’énergie d’origine animale

L’exploitation de l’animal répond à des besoins multiples, qu’il s’agisse de la recherche d’une matière première, d’une ressource alimentaire ou encore d’une force motrice. Quelle place occupent les matières et ressources animales dans les systèmes économiques ? Quelles chaînes de transformation et de consommation sont mises en œuvre ?

SIGNIFIER. L’animal au coeur des pratiques figuratives et symboliques

L’animal ne saurait toutefois être réduit à sa seule matérialité. Loin de n’être qu’une réponse à des besoins techniques ou alimentaires, il est également intégré aux systèmes de croyances et à l’iconographie des sociétés passées. Comment est-il manifesté dans les comportements symboliques, s’intègre-t-il dans les manifestations cultuelles ? Quelle image l’homme se fait-il de la figure animale ?

Comité organisateur :
Chloé Chaigneau (UMR 7041 – ArScan)  – Pauline Coat (UMR 8096 – ArchAm) – Io Cruz Vera (UMR 8215 – Trajectoires) – David Ferreira (UMR 8215 – Trajectoires) – Julien Vitani (UMR 8215 – Trajectoires)

Modératrice : Lamys Hachem (INRAP, UMR 8215 – Trajectoires)

Tout doctorant souhaitant présenter ses idées et ses travaux autour des thématiques proposées est invité à soumettre le résumé de sa présentation (300 mots) avant le 1er mars 2024. Merci de préciser vos noms et prénoms, statut, organisme de rattachement et le titre de votre communication. Les participations prendront la forme d’une communication orale de 20 minutes ou d’un poster faisant l’objet d’une présentation de 5 minutes, en français. Les actes de cette rencontre feront l’objet d’une publication dans un prochain numéro de la revue Archéo.doct aux Éditions de la Sorbonne.

Fiche d’inscription