ANR HOMES

23 mai 2019 par Trajectoires
Modelling Households : Economy and Sociology of Europe's first farmer populations Modéliser la maisonnée : économies et société des premières populations agricoles d'Europe continentale

logo_anr-2.jpg
ANR PRC – Projets de recherche collaborative – N° ANR-18-CE27-0011-01

2019-2022 (48 mois)

25 participants

Resp. C. Hamon

Inscrit dans la dynamique de recherche sur la Household Archaeology, le projet HOMES vise à modéliser l’organisation économique, anthropologique et idéelle des premières sociétés de farmers néolithiques en Europe continentale. La reproductibilité criante des formes de l’habitat de la culture Lbk (céramique linéaire dite « rubanée, 6e millénaire BC), qui s’est diffusée sur près d’un millénaire et 3000 kms à travers toute l’Europe continentale, constitue une documentation archéologique exceptionnelle à l’échelle du néolithique européen. C’est pourquoi elle suscite depuis près de 50 ans de vifs échanges au sein de la communauté des néolithiciens. Différentes théories ont été avancées pour comprendre la structuration de ces habitats, et ce qu’elle pouvait apporter à la compréhension du système social de ces premières populations d’agro-pasteurs, en adoptant un point de vue tour à tour migrationniste, démographique, économique, idéel ou social.
Dans ce contexte, l’originalité du projet Homes est de proposer une modélisation integrative et systémique à très haute résolution anthropologique et spatiale, des différentes règles d’intégrations économiques et sociales à la base de l’exceptionnelle pérennité et adaptabilité de la culture rubanée. En abordant la notion de household dans ses dimensions matérielles, idéelles, individuelles et collectives à partir d’une zone atelier délibérément restreinte (la vallée de l’Aisne), le projet Homes cherche à tester à partir des données archéologiques de toutes nouvelles hypothèses sur les différents niveaux d’intégration villageoise (Hachem et Hamon 2014, Gomart et al. 2015). Il tentera de définir: (1) l’évolution de la maturité économique et de la capacité de production de maisonnées autonomes du point de vue alimentaire, (2) l’interdépendance entre maisonnées structurée autour de réseaux de réciprocité et d’une redistribution notamment artisanale, (3) l’intégration d’individus extérieurs à la communauté villageoise assurant la cohésion culturelle à une échelle supra régionale.
En associant aux analyses archéologiques, archéo-zoologiques et techno-fonctionnelles à très haute résolution menées jusque-là de façon systématique, de nouvelles compétences en archéométrie (pétrographie, tomographie, analyses chimiques) et en bioarchéologie (archaeobotany, isotopes) sur un échantillonnage ciblé, le projet HOMES se donne les moyens de produire des hypothèses à large portée dans un cadre résolument pluridisciplinaire. Le projet sera structuré en 4 ateliers, dont trois ateliers thématiques et un dernier atelier de modélisation géostatistique : Atelier 1-Organisation et niveaux d’intégration des savoir-faire artisanaux, Atelier 2-Production et la consommation alimentaire, Atelier 3-Statut, vie et mort des individus, Atelier 4-Modélisation spatiale et statistique des interactions entre maisonnées.
En confrontant les nouveaux scénarios mis en évidence aux hypothèses déjà proposés dans d’autres régions de l’Europe rubanée, le projet Homes interrogera la reproductibilité du système social rubané, à la fois dans le temps et dans l’espace, et tentera de comprendre si la structure sociale des rubanés du Bassin parisien s’inscrit pleinement dans une tradition voir un certain conservatisme social, hérité d’Europe centrale, ou s’il reflète plutôt une dynamique innovatrice en périphérie d’un mouvement de colonisation en perte de vitesse.
En proposant une lecture dynamique, évolutive et intégrative à haute résolution des processus sociaux en jeu dans les mécanismes de néolithisation, le projet Homes vise à renouveler fondamentalement notre connaissance des règles et réseaux régissant les premières populations agricoles d’Europe.

 

20181018_100051.jpgRestitution de maison néolithique, Archéosite de la Haute Île (93)

Porteur : UMR 8215 Trajectoires (resp. C. Hamon)

  • Laurent Aubry (CNRS)
  • Jerome Dubouloz (CNRS)
  • Louise Gomart (CNRS)
  • Michael Ilett (Univ. Paris 1 Pantheon-Sorbonne)
  • Nicolas Cayol (Inrap)
  • Lamys Hachem (Inrap)
  • Caroline Hamon (CNRS)
  • Yolaine Maigrot (CNRS)
  • Corinne Thevenet (Inrap)

Autres Participants

  • Allard Pierre (CNRS, UMR 8055 Pretech)
  • Balasse Marie (CNRS, UMR 7209)
  • Salavert Aurélie (MNHN, UMR 7209)
  • Aguileira Maria (Lleida University)
  • Price Douglas (Wisconsin University)

Partenaires

EA3795 GEGENAA Reims – Geomateriaux (resp. G. Fronteau) (lien)

  • Gilles Fronteau (Univ Reims)
  • Vincent Barbin (Univ Reims)
  • Alain Devos (Univ Reims)
  • Xavier Drothière (Univ. Reims)
  • Jean Hubert (Univ. Reims)

UMR 7269 LAMPEA – Anthropologie, Isotopes (resp. E. Herrscher) (lien)

  • Estelle Herrscherr (CNRS)
  • Guy Andre (CNRS)
  • Vincent Balter (CNRS)
  • Theo Tacail (post-doctorant UMR 5276)

Bristol University / Organic Geochemistry Unit (OGU) (resp. R.Evershed) (lien)

  • Richard Evershed (Professeur)
  • Roffet-Salque Melanie (post-doctorante)

logosss.jpg