METATE – Milieu volcanique et activité meulière du 13e siècle à nos jours sur le massif d’El Metate, Michoacán (Mexique)

27 mai 2020 par Louise GOMART

Responsable du projetC. Hamon avec la collaboration de G. Pereira

Partenaires et participants : Trajectoires (C. Hamon, L. Aubry), ARCHAM (G. Pereira), CEMCA, UNAM Instituto de geofisica (C. Siebe, O. Quezada), IRD (O. Chevrel), ENES Morelia (A. Pola)

Le projet METATE vise à reconstituer l’évolution d’un territoire volcanique organisé autour d’une activité spécifique : l’exploitation de l’andésite pour la production des metates et molcajetes, outils au cœur de la préparation alimentaire traditionnelle méso-américaine. En adoptant une approche résolument pluridisciplinaire associant paléovolcanisme, mécanique des roches, géographie, archéologie et anthropologie des techniques, l’objectif du projet est de reconstruire les trajectoires d’évolution de cette activité meulière implantée sur les flancs du volcan El Metate (Michoacán, Mexique), dans ses différentes échelles spatiales (des carrières où les metates sont produites, aux villages où elles sont utilisées) et temporelles (du 13e siècle à nos jours). Il a été initié en 2018-2019 grâce au soutien SARDYN du Labex DYNAMITE et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Metate en cours de fabrication dans les carrières au sommet d’El Metate (photo : C. Hamon)

L’objectif est ici d’étudier les modalités de production et d’usage des metates en collaboration étroite avec les artisans metateros du village de Turicuaro, qui exploitent encore aujourd’hui les roches du volcan El Metate, au Michoacan dans le centre du Mexique.

– Un premier volet « carrières » porte sur l’identification des zones d’exploitation, les techniques d’extraction et la caractérisation des andésites. Des prospections sont réalisées pour identifier les critères ayant motivé le choix de l’implantation des carrières de meules actuelles et anciennes, ainsi que l’étendue, la localisation et la datation des différentes zones d’exploitation. Les propriétés mécaniques des andésites sélectionnées pour la mouture sont précisées en analysant leurs caractéristiques géochimiques et pétrographiques, sur la base de référentiels géologiques déjà constitués. Outre les témoins d’activité moderne, la recherche d’indicateurs archéologiques (matériel, vestiges de structures) dans les différentes zones d’extraction piste d’éventuelles exploitations attribuables aux périodes tarasque et coloniale. Il s’agit ainsi d’évaluer les variations ou similarités dans les modes d’extraction des blocs et la fabrication des ébauches de meules entre les différents secteurs. Une cartographie des exploitations et de leur succession dans le temps est en cours d’élaboration.

– Le second volet « production » porte sur l’ensemble de la chaîne opératoire de production actuelle, depuis l’exploitation des blocs en carrière jusqu’à la première utilisation des metates. Il s’agit de documenter les séquences opératoires, les savoir-faire et les outils mis en œuvre par les artisans meuliers exerçant encore une activité sur les flancs du volcan, pour comprendre quels degrés de savoir-faire sont mobilisés, et comment ils sont transmis. Au-delà des aspects technologiques, il est indispensable de caractériser le contexte économique et social dans lequel s’effectue cette activité. Comment s’organise la production ? Quelles sont les modalités et les réseaux de diffusion des metates à l’échelle du territoire régional? L’enquête menée sur les ateliers de fabrication de metates des artisans de Turicuaro, s’attache à renseigner la diversité des savoir-faire, gestes, choix techniques, chaînes opératoires, outillages et les paramètres de leur variabilité.

– Enfin, un dernier volet « utilisation » questionne le statut de ces outils dans la maisonnée. Comment sont utilisés les metatespour la préparation du maïs et des condiments pour l’élaboration de différentes recettes? Enfin, au-delà de leur rôle fonctionnel, les metates revêtent une signification sociale forte, comme objet de propriété mais aussi de transmission intergénérationnelle. Qui achète, possède et utilise les metates? Enfin, malgré l’arrivée de nouvelles solutions techniques, pour quoi les metates continuent-ils à être utilisés aujourd’hui ?