Les industries lithiques de Hamangia

03 juillet 2020 par Louise GOMART
Dans le cadre du programme de recherche "Structures économiques, technologiques et culturelles des communautés néolithiques Hamangia de Dobroudja du nord" (dir. L. Carozza)

Responsable de l’étude : Laurence Manolakakis, dans le cadre de la mission « Archéologie du delta du Danube » (dir. L. Carozza)

La culture de Hamangia s’étend au sud du delta du Danube, en Dobroudja/Dobrodgea tant roumaine que bulgare le long de la Mer Noire, du Néolithique récent (Hamangia I-III) au Chalcolithique récent (Hamangia IV puis Varna/KGK). Les productions lithiques Hamangia, qui n’ont jamais été analysées, sont d’autant plus intéressantes que cette culture fusionne dans son étape IV avec celle de Sava IV pour donner jour à la ‘culture de Varna’ selon la terminologie bulgare. Du point de vue roumain, elle disparaît dans le syncrétisme du complexe culturel KGK. Ayant déjà étudié les industries lithiques Sava (I-IV) et Varna en Bulgarie, je me tourne aujourd’hui naturellement vers celles de Hamangia en Dobrodgea, dans le cadre d’un programme dirigé par L. Carozza. Ce programme de recherche se développe sous la double égide de la mission Delta du Danube et du LIA (IRP) franco-roumain Geoarchaeology of environmental changes in Lower Danube and Delta créé en 2019.

Il porte sur la reprise intégrale des mobiliers archéologiques de trois sites de Dobrodgea (Fig.), qui ont largement contribué à la définition de cette culture. D. Berciu a mené les fouilles extensives du tell de Cearmulia de Jos (1950-1954), puis à Golovița (1960-1961), à l’issue desquelles il publie un ouvrage de synthèse sur le Hamangia. Enfin, il fouille le tell de Baia de manière extensive en 1961, datable du Chalcolithique récent Gumelnița, mais dont la documentation de terrain a disparu (Berciu 1963, 1966).

Fig.1 : Dobroudja/Dobrodgea (contour blanc) et localisation des sites Hamangia étudiés (©Google Earth).

Mes travaux concernent l’étude technologique et la caractérisation des matériaux lithiques issus de ces trois sites, en collaboration avec F. Mihail qui réalise leur analyse fonctionnelle. Le matériel ayant été stocké de manière parfois peu rigoureuse, l’étude est faite au fur et à mesure des tris du mobilier. Elle donnera lieu à un chapitre dans la publication monographique prévue par L. Carozza.

Les quelques pièces des sites Hamangia déjà étudiées (Manolakakis et Mihail 2019 in rapport de mission, L. Carozza, C. Micu dir.) indiquent un approvisionnement local de blocs de silex parfois de bonne qualité, mais toujours de dimensions très modestes, incluant des variétés de silex locaux inconnus dans la plaine danubienne loessique. Il existe un débitage d’éclats et d’éclats laminaires par percussion directe dure réalisé sur ces silex locaux. Les matériaux actuellement identifiés paraissent différer d’un site à l’autre, mais les effectifs de Golovița sont encore trop faibles pour que ces différences soient convaincantes (Fig. 2).

Fig.2 : Distribution des matières premières dans les habitats Hamangia (à gauche) et Gumelnița (à droite).

Les pièces en silex de Ludogorie correspondent exactement au débitage par percussion indirecte que l’on trouve en Bulgarie du Nord-Est sur cette même matière première. Seul un long fragment mésial, très léger et régulier, soulève la question d’un éventuel débitage par pression debout. Ce silex de Ludogorie ne peut être d’origine locale ; il est soit exogène, provenant de Bulgarie nord-orientale, soit d’origine régionale et ramassé dans les berges du Danube à plus de 45 km à vol d’oiseau. Dans tous les cas, le débitage mis en œuvre diffère des autres silex, avec une production de véritables lames par percussion indirecte, soit produites localement, soit en Bulgarie du nord-est. L’absence complète de nucléus et de déchets laisse penser qu’il s’agit plutôt d’une importation de produits semi-finis.

Du point de vue de l’outillage, s’il comprend les habituels grattoirs et lames retouchées, j’ai déjà pu mettre en évidence les éléments de faucille dont le lustre s’étend parallèlement au bord. C’est une différence notable avec les inserts de faucille connus en Bulgarie orientale dont le lustre s’étend toujours obliquement, et qui sous-tend des traditions d’emmanchement différentes.

Les pièces de Baia-tell (habitat Gumelnița) concernent des silex identiques à ceux des deux sites Hamangia, tels que le Ludogorie et le silex crétacé local brun vert à inclusions. S’y ajoutent d’autres variétés locales, dont l’observation mésoscopique sera réalisée lors de la prochaine mission. En l’état des données, le silex de Ludogorie représente la majorité des pièces (plus de trois quarts des pièces) (Fig. 2 droite).

Le débitage d’éclats et d’éclats laminaires en silex locaux procède par percussion directe dure ; la percussion directe tendre opère, quant à elle, pour la production des lames en silex local et de quelques-unes en Ludogorie, bien que la majorité de ces dernières soient débitées par percussion indirecte.

Ainsi, une partie des modes de débitage Gumelnița est comparable aux sites Hamangia, celle des silex locaux par percussion directe dure et tendre. Deux lames en Ludogorie sont aussi débitées en percussion directe tendre, suggérant un débitage local, soit sur bloc apporté de Bulgarie, soit sur bloc ramassé en position secondaire. Mais la majorité des lames en Ludogorie est débitée par percussion indirecte, comme dans le Nord-Est de la Bulgarie à la même époque. En outre, de rares fragments en Ludogorie semblent avoir été débités par pression debout à la béquille.

Au sein de l’outillage, les éléments de faucille portent des lustres obliques, conformément à la tradition d’emmanchement des inserts du KGK. Cette différence entre Hamangia et KGK doit encore être étayée, non seulement sur du mobilier Hamangia, mais également sur du mobilier Gumelnița, afin de voir s’il y a rupture entre les deux cultures ou si les inserts de faucille Gumelnița tolèrent les deux techniques d’emmanchement.

Bibliographie

Berciu, D. 1963. « Неолитна култура Хаманджиа в България ». Археология (The Neolithic culture of Hamangia in Bulgaria , Arheologija) V(1):5–7.

Berciu, D. 1966. Cultura Hamangia. Noi contribuții. Editura Academiei Republicii Socialiste România.

Manolakakis, L., et F. Mihail. 2019. « Industries lithiques des habitats Hamangia de Cearmulia de Jos et Golovița et de l’habitat Gumelnița de Baia Tell ». P. 30–36 in Société et environnement durant le Néolithique et les Ages des Métaux dans le Delta du Danube (Roumanie) – Mission Delta du Danube, Rapport de mission, édité par L. Carozza et C. Micu.