La Lucanie antique : archéologie et patrimoine

Forte d’une longue tradition de recherche sur l’Italie du Sud antique au sein de l’Université Paris 1, notre équipe de recherche prolonge la dynamique de plusieurs chantiers archéologiques mené en Lucanie depuis les années 1970 (Moio della Civitella, Laos, Civita di Tricarico, Pietragalla) par une enquête spécifique sur l’ensemble de la région. La Lucanie englobe la Basilicate, le nord de la Calabre et le sud de la Campanie ; elle apparaît dans les sources écrites à travers la constitution de l’ethnos lucanien au cours du Ve siècle av. J.-C.

Forte d’une longue tradition de recherche sur l’Italie du Sud antique au sein de l’Université Paris 1, notre équipe de recherche prolonge la dynamique de plusieurs chantiers archéologiques mené en Lucanie depuis les années 1970 (Moio della Civitella, Laos, Civita di Tricarico, Pietragalla) par une enquête spécifique sur l’ensemble de la région. La Lucanie englobe la Basilicate, le nord de la Calabre et le sud de la Campanie ; elle apparaît dans les sources écrites à travers la constitution de l’ethnos lucanien au cours du Ve siècle av. J.-C.

Fig. 1 – Carte de la Lucanie antique

Au-delà d’une approche littéraire et ethnique, nous souhaitons développer une approche archéologique et patrimoniale de la Lucanie préromaine (VIIe-IIe s. av. J.-C.). Cette région a connu au fil des siècles le développement de cultures matérielles originales à la rencontre des mondes grec, indigène et italique. Si des transformations importantes – avec l’apparition des agglomérations fortifiées, la constitution des sanctuaires, la modification des formes d’occupation du territoire, etc. – s’amorcent vers la fin du Ve s. et constituent le phénomène de « lucanisation » proprement dit, la région reste marquée par de multiples particularismes locaux.

Fig. 2 – Schéma de la base de données

Afin de valoriser une tradition de recherche française sur la Lucanie qui remonte au XVIIIe s., l’enquête archéologie est assortie d’une approche patrimoniale. Nous nous penchons à la fois sur les voyageurs français en Lucanie et sur la présence d’objets lucaniens dans les musées parisiens, en soulignant l’apport des premiers à la constitution des collections parisiennes. Peu à peu la recherche s’est étendue aux collections lucaniennes dans d’autres pays (Allemagne, Angleterre, États-Unis, Espagne, Brésil). La recherche s’appuie sur la constitution de deux outils, mis à disposition des chercheurs sur Internet : un « Répertoire topographique des fouilles archéologiques en Lucanie » et un «Inventaire des antiquités lucaniennes à travers le monde ».

Site web du projet : http://lucanie-antique.pantheonsorbonne.fr

Voir aussi dans «Projets en cours»

ANR ARABIANCAIRNS. Une approche intégrée des tombes monumentales protohistoriques dans la péninsule arabique Financé par l’Agence Nationale de la recherche (2022-2026), le projet ARABIANCAIRNS vise à analyser le phénomène mégalithique à large échelle des tombes à cairn, emblématiques de l’Arabie protohistorique (c. 5500-300 avant notre ère). Contribution à la monographie de la Nécropole de Varna Trois volumes bilingues (allemand, anglais) dédiés à la nécropole de Varna, Das Varna Gräberfeld, paraîtront aux éditions Philipp von Zabern, dans la collection du DAI Eurasien Series, sous la direction de V. Slavčev. J’y suis en charge du mobilier lithique, que j’ai intégralement repris après le récent récolement des inventaires funéraires. L’approche pluridisciplinaire croisera les données technologiques et typologiques des pièces lithiques, en lien avec les approvisionnements en matières premières et les types de production, ainsi que l’analyse fonctionnelle réalisée par M. Gurova. L. Manolakakis in V. Slavčev, Dir. (2020, à paraître) Industries lithiques chalcolithiques de Sultana Mes recherches portent sur les industries lithiques des sites chalcolithiques de Sultana, à la faveur des nouvelles fouilles menées par C. Lăzăr, comprenant la formation d’un étudiant roumain à la technologie lithique. Autour du grand tell daté du Gumelnița et fouillé en 1924 (Andrieșescu 1924), se trouvent des sites plats et des cimetières couvrant l’ensemble du Chalcolithique : Boian pour l’étape ancienne et Gumelnița pour l’étape récente. Les sites sont installés dans la grande plaine loessique roumaine, sur la rive droite du Moștistea, affluent du Danube, et aujourd’hui au bord du lac artificiel de Moștistea.